jeudi 9 juillet 2020

La quarantaine passée


Il ne s'agit pas de parler de mon âge, mais de la reprise des activités de la SMI en cette période post-confinement.
La date de reprise a été fixée au 15 juin, sous la forme d'une sortie-réunion.
Les précautions nécessaires ont été prises (rappel des gestes barrières, nombre de participants fixé à 10 maxi, covoiturage interdit...)
Une fois dans la forêt, les masques sont tombés, si on peut dire. Les 8 participants se sont rapprochés pour la traditionnelle photo de groupe :

Quel bonheur de pouvoir vadrouiller sous les arbres et  d'entendre les exclamations de chacun.
La forêt visée se situait sur la commune de Bourberain, aux Vacherosses. Ce site est situé en contrebas du village, il bénéficie d'une terre plus argileuse, classique des plaines du fossé bressan et localement des abords de la Vingeanne. Avec l'humidité ambiante, nos espoirs étaient fondés de trouver des champignons, girolles en tête, ce qui fut le cas.

Cantharellus pallens

Nous avions bien assez pour la partie détermination chez Thierry (voir liste ci-après).


 Les stars de la journée étaient sans conteste les amanites, au nombre de dix espèces différentes. Parmi elles, nous noterons la présence d'Amanita beckerii, une thermophile qu'on trouve régulièrement à Bourberain en juillet, mais en général plutôt dans la forêt de Velours qui est plus sèche et chaude.
 Beaucoup plus rare pour nous est Amanita eliae,  l'amanite de Fries (prénommé Elias), récoltée par trois d'entre nous. C'est la première fois que nous la collectons à la SMI.


Amanita eliae


Prêts à recommencer, le virus semble régresser, mais la sécheresse prend le relais. A suivre...



SMI – Bourberain (Les Petits Vacherosses, 3122B14)

Amanita eliae (5 exemplaires, 3 récolteurs)

Amanita beckeri

Amanita fulva

Amanita excelsa var. spissa

Amanita excelsa var. spissa

Amanita excelsa var. spissa

Amanita rubescens

Amanita rubescens fo. annulosulfurea

Amanita vaginata s.l. (manquait la volve !)

Amanita battarae

Leccinum pseudoscabrum

Gymnopus fusipes (dont spécimen à pied obèse)

Gymnopus dryophilus

Fomes fomentarius

Polyporus ciliatus

Polyporus mori

Marasmius rotula

Marasmiellus ramealis

Pholiotina aporos

Crepidotus applanatus

Cantharellus pallens

Meruliopsis corium

Stereum hirsutum

Tremella aurantia

Lactarius piperatus

Russula velutipes (n>50)

Russula cyanoxantha

Russula alutacea

Russula risigallina

Russula olivacea

Hypholoma fasciculare

Psathyrella candolleana

Pluteus cervinus

Fomitopsis betulina

Pseudoinonotus dryadeus


Myxos :

Lycogala epidendron

Fuligo septica (n>10)
 
 
On se souviendra aussi que dans le même secteur, le 21 juin 2020, les trompettes étaient de sortie pour la fête de la musique :

mercredi 1 avril 2020

Virus et champignons

Voilà quelques semaines que ce fléau appelé Covid-19 nous empêche de vivre normalement, de nous rassembler, voire de prendre l'air, en tout cas dans les forêts éloignées. Mais grand mal nous ferait de ne pas se tenir aux mesures prises qui ne sont que du bon sens. Soyons raisonnables et patients. La nature nous rendra les bons moments non vécus.
Consolation,  le soleil généreux accompagné du vent du nord malheureusement également généreux font que la météo ne serait pas favorable à une belle poussée de champignons de printemps, par manque d'eau avant tout.
Ceci étant dit, rappelons nous que le mois de février a été propice ainsi que le début mars, nous avons constaté que de des champignons intéressants étaient apparus.
En voici deux rapportées à la réunion du 12 mars qu'il ne faut absolument pas confondre. L'occasion est belle car c'est rarissime de les voir chez nous en même temps :


Morchella elata



Gyromitra gigas


Un arrêt sur le second, qui est aussi dangereux qu'il est rare chez nous.
Jusqu'à ce jour on ne comptait qu'une seule récolte de gyromitre en Côte d'Or (Gyromitra esculenta), trouvé par Roland Bigueure. Ce gyromitre, Gyromitra gigas est donc également une première pour le département.
Et pour quelle raison ?
Simplement parce qu'en théorie il n'a rien à faire, a priori,  dans nos forêts calcaires. Certes en Côte d'Or du côté du Morvan, il pourrait en théorie apparaître à la faveur d'un sol granitique. Mais cet exemplaire provient de la sapinière de Détain, un fief calcaire.
Pourquoi cela ? L'habitat où il a été déniché était une forêt de résineux plantés il y a plusieurs décennies. Principalement le fameux répandu "sapin" de Douglas, si peu favorables aux mycorhizes. Cette plantation a été récemment exploitée. Au sol, on trouve dans des chemins improvisés des détritus de douglas, sapins blancs, épicéas, pin sylvestres, et autres feuillus. Pendant des années les résineux ont acidifié le sol en surface. L'exploitation a fourni un substrat favorable dans un milieu légèrement acidifié. Ainsi est apparu l'improbable. Encore fallait-il croiser cet unique exemplaire ce jour-là. La chance de celui qui aime traîner dans les forêts.

Un dernier mot concernant la non comestibilité. La morille est toxique crue, excellente cuite.
On pourrait penser que pour le gyromitre c'est pareil (surtout G. esculenta comme son nom semble l'indiquer). D'autant plus qu'on sait que les scandinaves en sont friands et le commercialisent. Et bien il faut savoir ce qu'on risque : la mort. Cru comme cuit, il est apparu comme champignon mortel. Alors au lieu de nous étendre sur des procédés qui permettraient d'éliminer la gyromitrine afin de le consommer, disons le de façon nette : abstenez vous de le consommer !

lundi 17 février 2020

Serge nous a quitté

Cet après-midi, en l'Eglise de Spoy, village dont il était maire, un dernier adieu a été dit à Serge Schweitzer. Voilà bien des mois, plusieurs années, qu'il luttait contre la maladie.


La dernière fois que Serge est venu parmi nous était lors de l'Assemblée Générale de février 2018. Ceux qui l'ont connu seront unanimes pour dire que c'était un vrai naturaliste, conscient des enjeux écologiques de notre planète, son combat pour la préservation des abeilles en atteste. Il en faisait un miel excellent. Mais tous diront également que c'était une personne d'une humanité généreuse, un homme discret et humble. Il était un des premiers en 1993 à avoir rejoint la SMI de Roland Rousseaux, un des plus fidèles, et un des meilleurs connaisseurs de champignons.
J'entends encore sa voix, elle nous manquera.
Au revoir l'ami !

dimanche 9 février 2020

Calendrier 2020


( * dates susceptibles d'être modifiées, lieux à préciser )

Année 2020
JANVIER
Lundi 13 janvier – réunion salle Tovagliaro
FEVRIER
Samedi 08 février – Assemblée Générale
MARS
Lundi 09 mars – réunion salle Tovagliaro
Samedi 21 mars – Sortie à Grancey-le-Château (organisée par le Pays Seine-et-Tille
AVRIL
Lundi 13 avril – réunion salle Tovagliaro
Samedi 18 avril Sortie de printemps *
MAI
Lundi 11 mai – réunion salle Tovagliaro
JUIN
Lundi 08 juin – réunion salle Tovagliaro
Samedi 13 juin – Sortie Chênes verts et mycologie à Santenay (SSNB-SMCO-SMI)
JUILLET
Lundi 6 juillet Sortie réunion *
AOUT
Lundi 17 août Sortie réunion *
SEPTEMBRE
Lundi 14 septembre – réunion salle Tovagliaro
OCTOBRE
Samedi ………….. octobre Sortie d’automne *
Lundi 12 octobre – réunion salle Tovagliaro
Exposition annuelle 24 & 25 octobre – Is sur tille
NOVEMBRE
Lundi 09 novembre – réunion salle Tovagliaro
DECEMBRE
Lundi 14 décembre – réunion salle Tovagliaro

Assemblée Générale

L'Assemblée Générale s'est tenue un samedi matin cette année.
Le Rapport suit ci-après. Jean-Claude Verpeau et Denis Brûlard (SMCO) et MichelMichelet (Haute-Marne) nous ont fait l'amabilité de venir.
Dans les questions diverses abordées en fin de séance, il fut question des sorties, inventaires ou projets prévus en 2020, parmi lesquels le "projet Barbier".
Une conférence sur une "Histoire d'une découverte guyanaise" et un pot de l'amitié ont ponctué cette belle matinée.


 
Assemblée générale de la SMI, le 08 Février 2020

Présents : 20 membres 

Présents votants : 20 membres 

Excusés avec pouvoir : 02 membres

Excusés sans pouvoir : 03 membres

Absents non excusés : 02 membres 

20 membres cotisants sur 27 membres actifs sont présents + 03 pouvoirs :

Le quorum est donc atteint.


Le Président peut donc déclarer l’Assemblée générale ouverte à : 09H51


¨ 09H59 - Lecture du rapport moral : par le président Mr GARDIENNET

- Le rapport moral est adopté à l’unanimité de 22 voix.


¨ 10H05 - Lecture du rapport financier : par le trésorier Mr LOUVIOT

- Le rapport financier est adopté à l’unanimité de 22 voix.

Quitus est donné au trésorier

¨ 10H26 - Lecture du rapport d’activités : par le secrétaire Mr DINOT

- Le rapport d’activité est adopté à l’unanimité de 22 voix et une abstention

¨ 10H27 - Appel à candidature (après démission statutaire) de président & de vice-président

¨ 10H30 - Election du Président & du Vice-président :

  • Mr Gardiennet Alain est réélu président (à 22 voix)
  • Mr Planes Jean-Claude est réélu vice-président (à 22 voix)

¨ 10H31 - Questions diverses :
  • Cotisation annuelle SMI maintenue à 10 €  
  • Entrée pour l’exposition annuelle maintenue à 2 €
  • Le lieu de l’exposition 2020 aura lieu à Is-sur-Tille
  • Préparation du calendrier des sorties 
  • Organisation du projet de présentation de l’œuvre du mycologue Maurice BARBIER ainsi qu’une sortie mycologique organisée sur ses lieux de prospection, une étude est aussi en cours sur le coût financier de l’impression de plusieurs livres dédiés au travail mycologique de Maurice BARBIER.

L’ordre du jour étant épuisé, le président déclare l’Assemblée Générale close à 10H42


 

samedi 4 janvier 2020

Voeux 2020

Meilleurs vœux à tous, vœux de bonheur et de santé, prenez le temps d'observer, prenez le temps de vivre.


Cheveux de glace, qu'on doit à un champignon, Exidiopsis suffusa.


mardi 3 décembre 2019

Rareté

Focus sur un petit champignon corticole de moins d'un centimètre, présent sur tronc d'aubépine vivante.
Phaeomarasmius rimulincola est ici observé pour la première fois en Côte d'Or (Plateau de Chenôve).


A noter que c'est le second Phaeomarasmius présenté sur ce blog cette année (voir P. erinaceus début octobre). Assurément le plus rare.
Gros plan sur ses cystides caractéristiques, visibles à la loupe tellement elles sont nombreuses.